Dromi à la Fabrik des Possibles, à Brest

C'est peut-être parce qu'elle vient d'Argentine et qu'elle à traversé l'Atlantique, que Dromi (Romina Dabanch), que son travail nous parle de voyage, de mouvement, d'univers aquatique.... Les touches colorées, le trait léger, les petits objets d'arts qu'elle propose procure l'apaisement d'une rêverie sans détour.   

Je viens d’Argentine. J’ai depuis mon enfance, eu l’opportunité d’apprendre l’art avec différents artistes plasticiens et designers.

 

Parmis les sujets sur lesquels j’aime travailler, on trouve le domaine aquatique, onirique et les formes organiques, entre le mouvement de la mer et des bateaux, qui nous invitent à naviguer vers des destinations inespérées et inconnues.

 

L’aquarelle et les encres sont mes techniques préférées car elles me permettent de créer une forme aléatoire que je recherche dans mon travail, pour ensuite la travailler et la développer pour lui donner vie.

 

Ce qui me motive le plus dans mes oeuvres, c’est d’offrir un univers infini de forme et de couleurs à la personne qui la regarde. Je n’aime pas imposer un message, mais plutôt ouvrir la possibilité chez les autres de créer et de se connecter à l’oeuvre avec sa propre histoire, d’entrer dans un voyage interne avec ses souvenirs et émotions personnelles où mon oeuvre sera seulement une porte d’entrée.